Efficient Placement of Sensors - Honeywell Analytics « De combien de détecteurs ai-je besoin? » et « où puis-je les trouver? » sont deux des questions les plus souvent posées au sujet des systèmes de détection de gaz et probablement deux des plus difficiles à répondre. Contrairement à d’autres types de détecteurs de sécurité, tels que les détecteurs de fumée, l’emplacement des détecteurs, ainsi que la quantité requise dans différents domaines d’application ne sont pas clairement définis.

Des normes telles que EN 60079-29-2 fournissent de nombreuses directives; c’est également le cas des normes en matière de sélection, d’installation, d’utilisation et d’entretien d’appareils de détection et de mesure de gaz combustibles ou d’oxygène. Des codes de pratiques internationaux similaires tels que le Code national d’électricité (National Electrical Code, NEC) ou le Code canadien de l’électricité (CCE) peuvent être utilisés le cas échéant. Par ailleurs, certains organismes de réglementation publient des spécifications qui indiquent des exigences minimales en matière de détection de gaz pour des applications spécifiques.

Ces références sont utiles, mais ont tendance à être soit très génériques et donc trop générales dans les détails, soit spécifiques à des applications et donc inappropriées dans la plupart des applications. Le positionnement des détecteurs doit être déterminé en suivant les conseils d’experts ayant des connaissances spécialisées en ce qui concerne la dispersion des gaz, ainsi que des conseils d’ingénieurs de fabrication/en équipements et du personnel de sécurité. L’accord conclu sur l’emplacement des détecteurs doit également être enregistré.

Les détecteurs doivent être montés là où le gaz est le plus susceptible d’être présent. Les endroits nécessitant une protection optimale dans une usine industrielle se situeraient autour des chaudières à gaz, des compresseurs, des réservoirs de stockage sous pression, des cylindres ou des pipelines. Les zones où les fuites sont les plus susceptibles de survenir sont les vannes, les jauges, les brides, les joints en T, les raccords de remplissage ou de vidange, etc.

Il existe un certain nombre de considérations simples et assez souvent évidentes qui permettent de déterminer l’emplacement du détecteur :
  • pour détecter les gaz qui sont plus légers que l’air (p. ex. le méthane et l’ammoniac), les détecteurs doivent être montés à un niveau élevé et utiliser de préférence un entonnoir
  • pour détecter les gaz qui sont plus lourds que l’air (p. ex. le butane et le dioxyde de soufre), les détecteurs doivent être montés à un niveau bas
  • imaginez comment des gaz qui s’échappent peuvent se comporter en raison de courants d’air naturels ou forcés. montez les détecteurs dans les conduits de ventilation, le cas échéant
  • En cas d’installation des détecteurs, réfléchissez sur les éventuels dommages causés par des événements naturels tels que la pluie ou les inondations. Pour les détecteurs montés à l’extérieur, il est préférable d’utiliser le dispositif de protection contre les intempéries
  • Utiliser un pare-soleil en cas d’installation d’un détecteur dans un climat chaud et en plein soleil
  • Tenir compte des conditions de fabrication. Le butane et l’ammoniac par exemple sont généralement plus lourds que l’air, mais s’ils sont relâchés d’une chaîne de fabrication à une température élevée et/ou sous pression, le gaz peut monter au lieu de descendre.
  • Les détecteurs doivent être positionnés légèrement en retrait des pièces de haute pression pour permettre aux nuages de gaz de se former. Sinon toute fuite de gaz est susceptible de passer à une haute pression et sans être détectée
  • Pensez à la facilité d’accès pour des besoins de tests et d’entretien
  • Les détecteurs doivent être installés à l’endroit désigné, avec le détecteur orienté vers le bas. Cela permet de s’assurer que la poussière ou de l’eau ne se formera pas sur la partie avant du détecteur et empêchera le gaz d’entrer dans le détecteur.
  • En cas d’installation de dispositifs infrarouges à trajet ouvert, il est important de s’assurer qu’il n’existe aucun obscurcissement ou blocage permanent du rayon infrarouge. Les blocages de courte durée causés par des véhicules, le personnel sur site, les oiseaux, etc., sont tolérables
  • S’assurer que les structures sur lesquelles les dispositifs à trajet ouvert sont montés sont robustes et non sensibles aux vibrations